Le rôle du CBD dans le système endocannabinoïde (SEC)

Le rôle du CBD dans le système endocannabinoïde (SEC)

Depuis la découverte du système endocannabinoïde (SEC) il y a près de trente ans, nous avons pris conscience de l'importance du rôle qu'il joue dans notre santé générale.

Les scientifiques pensent même qu'il s'est peut-être développé il y a des centaines de millions d'années  pour aider les humains à survivre en diminuant l'anxiété, en améliorant l'humeur et en modulant la douleur. Notre SEC aurait donc beaucoup à voir avec la raison pour laquelle nous sommes arrivés aussi loin que nous l'avons fait en tant qu'espèce. 

Homéostasie

Le role du SEC est de maintenir l’homéostasie. En d’autres termes, l’équilibre interne du corps, face à plein de facteurs de stress environnementaux, physiques, psychologiques et émotionnels.

Il joue un rôle essentiel dans la régulation de l’équilibre du corps. À savoir le sommeil, le stress, l’anxiété, la réponse immunitaire, la douleur et l’humeur. 

Notre corps produit des cannabinoïdes !

Et oui, votre a besoin de cannabinoïdes pour fonctionner et en produit naturellement. On appelle ça les endocannabinoïdes, ils sont nécessaires au bon fonctionnement de votre organisme et sont donc produits lorsque celui-ci en a besoin.

Le CBD et le SEC

Votre corps comporte donc un système endocannabinoïde, constitué d'un réseau de petit récepteurs de cannabinoïdes (dont le CBD fait partie).

Une façon simple de comprendre comment notre corps utilise le CBD est de considérer nos récepteurs cannabinoïdes comme des serrures et le CBD comme des clés. 

Nous avons des récepteurs cannabinoïdes partout dans notre corps, cela aide à expliquer pourquoi le CBD produit des effets thérapeutiques si variés et apparemment sans lien entre eux. 

Récepteurs CB1 et CB2

 

À l'heure actuelle, nous avons identifié deux récepteurs principaux dans le SEC, appelés récepteurs endocannabinoïdes 1 (CB1) et cannabinoïdes 2 (CB2).

Ces récepteurs contribuent à la régulation de nombreuses fonctions corporelles. Ils modulent la douleur, l'inflammation, l'appétit, la motilité gastro-intestinale et les cycles de sommeil, humeur, des hormones et d'autres neurotransmetteurs de l'humeur comme la sérotonine, la dopamine...

 

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés.